Accueil > Blog > Loi 122 : comment réduire les coûts d'inspection ?
21 oct. 2014

Loi 122 : comment réduire les coûts d'inspection ?


Souvenez-vous de cette jeune femme, Léa Guilbeault, qui a perdu la vie tragiquement en 2009 écrasée sous une dalle de béton qui s'est détachée de la façade du Marriott sur la rue Peel ! Suite à cet accident et de nombreux autres faits similaires, le gouvernement québécois décide de durcir la réglementation à l'égard des propriétaires de bâtiments de 5 étages et plus, avec la mise en application de la loi 122. Depuis le 18 mars 2013, toutes les façades des édifices publics et destinés au public de 5 étages et plus, doivent faire l'objet d'une inspection obligatoire tous les 5 ans. 

Ces inspections doivent être réalisées par des inspecteurs qualifiés : ingénieur ou architecte. Les amendes pouvant s'élever jusqu'à 92 000$ en cas de non respect de la loi. Le propriétaire du bâtiment doit remettre aux professionnels la liste des documents ci-dessous :

• Plans d’architecture

• Dessins de structure

• Historique des travaux

• Rapports d’experts

• Liste des constats bilan de santé

Le professionnel sera alors en mesure d'effectuer les inspections visuelles (photos, dessins, rapports), les inspections physiques (test de structure, vibration) et opérer des ouvertures exploratoires si besoin. Il vous faudra, au préalable, envoyer un avis aux locataires pour les prévenir des dates et coûts engendrés par ces travaux d'inspection. Avec les techniques habituelles d'inspection (nacelles, grues, chariot élévateurs, échafaudages), comptez une moyenne de 4920 $ par étage inspecté, soit un minimum de 25 000$ pour un bâtiment de 5 étages. A cette inspection, s'ajoute les réparations et frais de mise en sécurité de la façade.

Les problèmes fréquemment rencontrés lors de l'inspection sont :

• Dé-lamination des cornières d’acier (linteaux : haut des fenêtres)

• Corrosion des attaches à briques

• Fissuration du béton entre la dalle et les balcons

• Absence de joint de contrôle

Afin d'être en règle avec les exigences de la loi 122 et ce, à moindre coût, il existe une alternative toute aussi efficace aux habituelles techniques d'inspections en hauteur : les compagnies spécialisées en appui sur cordes. En effet, utilisant les techniques légères de déplacement sur cordes, ces compagnies ne sont pas limitées par la hauteur ni les formes des bâtiments. Elles vous feront économiser les frais d'utilisation de grues, chariots élévateurs, nacelles ou autres échafaudages coûteux ainsi que les permis d'obstruction temporaire du domaine public.La mise en place depuis les toits est rapide et sécuritaire. Un plan de prévention avec analyse de risques vous sera remis avant les travaux d'inspection. Les inspecteurs qualifiés en déplacement sur cordes seront en mesure de vous remettre leur rapport. Suite à leurs conclusions, les techniciens spécialisés pourront rapidement effectuer les travaux de mise en sécurité.

Si vous avez besoin de plus d'informations, visitez le site web regroupant toutes les compagnies spécialisées en travaux sur cordes au Québec www.quebecsurcordes.com. 

Partager

Infolettre

26 mar. 2019
Comment lancer un nouveau produit sur le marché?
Lancer un nouveau produit sur le marché est souvent source de risques ou de stress. Afin d'optimiser le lancement, certains écueils sont à éviter. On vous en dit plus dans cet article.
11 mar. 2019
Courtiers immobiliers : Gagnez du temps avec votre communication!
Vous faire connaitre nécessite de soigner votre communication ! Avoir un site web fait parti des pré-requis indispensables.
16 nov. 2018
Pourquoi je devrais soigner mon image digitale?
Etre présent sur le web est devenu capital aujourd'hui afin de communiquer. Dans le secteur immobilier, soigner son image digitale est plus important que dans d'autres domaines, on vous explique po...